Des espadrilles qui tiennent la route !

Déjà détenteur du titre mondial du marathon en costard cravate, ce sportif d’Elne s’est lancé un nouveau défi pour l’édition 2018. C’est au départ du marathon de Paris le 7 avril dernier, que le jeune Catalan Menouar Benfodda s’est élancé, et en grandes pompes !

espadrilles-course-a-pied

Chaussé d’espadrilles aux couleurs de sa région, Menouar a su faire la différence auprès de ses concurrents. Les vigatanes catalanes, mélangées aux marques telles qu’Adidas ou Nike, l’ont porté à la 90e place. Un exploit après une course de 2h et 35 minutes sur 42, 195 kilomètres de pavés. Une performance que même Philippidès lui envierait !

L’homme à la ténacité aussi solide que ses chaussures, a dévoilé sa préparation dans une interview à La Semaine du Roussillon : « Je m’entraîne six fois par semaine. S’il m’arrivait de ne pas avoir le temps parce que je travaillais entre 18h00 et 1h00 du matin, je rentrais en footing de Perpignan à Elne, ou bien je faisais le tour du lac de Villeneuve de La Raho en pleine nuit. »

Au terme de cet effort et malgré une crampe ralentissant sa cadence, Menouar décroche un record ! Celui du marathon en chaussures minimalistes. Un titre qui lui vaudrait directement une place dans notre top 10 des incroyables records en course à pied !

espadrilles-creation-catalane-sprintbokMenouar-benfodda

Avant d’en arriver là, Menouar a dû faire des pieds et des mains.

Jeune algérien issu des cités, il est l’incarnation même de la réussite. Pourtant ce n’est pas sans avoir combattu quelques préjugés. Pour lui : « les jeunes veulent être acceptés à part entière et non entièrement à part ».

Le caféologue donne ainsi de son temps à l’éducation des jeunes de quartiers et lutte contre la discrimination qui fait rage dans la région. Pour cet initié à la politique, le sport est le bon moyen de les socialiser en leur apprenant le respect des règles de vie.

La course a été pour lui une véritable révélation et tient à être reconnaissant du soutien reçu.

« Mon département m’a apporté beaucoup, j’aimerais rendre l’ascenseur et dire aux gens qu’il n’y a pas besoin d’acheter des chaussures à 300 euros. Avec des chaussures simples et qui sont made in France, on peut faire des performances. »

Il déborde à présent d’idées pour médiatiser d’avantage la course qui peine à trouver public et financements.

Une belle leçon de style, de quoi nous faire les pieds !